Quiconque s’est déjà promené dans la nature comtoise en connaît sa richesse, sa beauté et sa diversité. On en connaît aussi les animaux les plus visibles : hérons, chevreuils, buses, sangliers et faucons crécerelles font partie du quotidien des franc-comtois, en plaine comme en montagne. Mais la Franche-Comté recèle aussi quelques espèces animales qu’on ne s’attend pas forcément à y trouver. Grâce à quelques animaux emblématiques de la biodiversité franc-comtoise, nous vous convions dans la grande Arche de Franche-Comté.

Quelques animaux emblématiques de la nature comtoise

Ils sont célèbres. Alors on sait qu’ils sont là; Quelques animaux sont, ou sont devenus, des emblèmes de la biodiversité en Franche-Comté. On les célèbre, on les protège, et parfois on les déteste.

– le lynx boréal

On avait tenté, il y a de cela 25 ans environ, de réintroduire le plus grand félin de France dans le massif des Vosges. Hélas, quelques péripéties plus tard et quelques chasseurs abrutis plus loin, l’opération a échoué. Ce qui ne fut pas le cas de nos voisins suisses. Ainsi, le lynx est revenu en Franche-Comté via le massif du Jura.

lynx boréal

C’est un peu l’histoire de « l’homme qui a vu l’homme qui a vu le lynx » car on ne compte guère aujourd’hui qu’une centaine d’individus dans notre région. Mais leur présence est devenu un symbole de la protection de la nature comtoise.

– le grand tétras

On ne le trouve guère en France que dans les massifs des Vosges (y compris saônoises), du Jura et, dans une autre variété, des Pyrénées. Le coq de bruyère est un étrange gallinacé sauvage. Sa parade nuptiale, pour attirer les femelles (poules de bruyère) constitue un spectacle inoubliable pour ceux qui ont eu la chance d’y assister.

grand tétras

Lui aussi élevé au rang de symbole pour les protecteurs de l’environnement, il est menacé d’extinction, autant par le recul de son habitat naturel que par quelques chasseurs inconscients.

– le chamois

Si les Montagnons le connaissent bien, les comtois des Bas-Pays ignorent souvent la présence du chamois dans notre région. Mais il lui arrive toutefois de s’aventurer en basse altitude.

– le cerf

L’observation du brame du cerf, parade nuptiale destinée à attirer des biches, est un classique du naturalisme en forêt de Chaux, où l’on trouve Vincent, un spécimen particulièrement majestueux. Mais le cerf élaphe s’observe également dans les quatre départements de Franche-Comté.

– le grand-duc

C’est un des animaux les plus inquiétants, par son allure, qu’on puisse observer dans notre région. Pourtant, le hibou grand-duc, malgré sa grande taille (jusqu’à 75 cm), est totalement inoffensif pour l’être humain. On l’observe lui aussi dans toute notre région.

chamois cerf élaphe hibou grand duc

Ceux qu’on ne pensait pas trouver en Franche-Comté

Pour différentes raisons, on ne s’attend peut-être pas à trouver en Franche-Comté les animaux qui suivent. Un peu comme si une touche d’exotisme s’était invitée sur la toile de la nature comtoise.

– le guêpier d’Europe

Ce petit oiseau aux couleurs chatoyantes est bien un résident de notre région. Mais attention, son nom est trompeur à plusieurs titres. D’abord, il ne se nourrit pas que de guêpes, mais de toutes sortes d’insectes. Ensuite, c’est un grand voyageur qui passe la saison froide en Afrique pour revenir s’établir notamment dans les vallées de la Saône et du Doubs à la belle saison.

guêpier d'Europe

– le castor d’Eurasie

Comme son cousin américain, le castor d’Eurasie aime les cours d’eau. Ce qui ne manque pas en Franche-Comté. Alors, bonne nouvelle, le bièvre se réinstalle progressivement dans notre région. On le retrouve des rivières des Vosges saônoises aux eaux de l’Ain, même si son implantation reste fragile.

– la cigogne blanche

On s’attend à la rencontrer en Alsace, un peu moins en Franche-Comté. Pourtant, depuis que des efforts énormes de conservation de l’espèce ont été faits, l’aire d’implantation en France de la cigogne blanche s’étend. Il n’est pas rare de l’observer dans les plaines humides du Nord Franche-Comté.

– le martin-pêcheur

Certes, il est petit et discret. Certes, ses couleurs vives lui donnent un air d’exotisme. Pourtant c’est bien le long des rivières de Franche-Comté que vous pourrez observer le martin-pêcheur. Une flèche bleue qui frôle la surface de l’eau, c’est bien lui ! Personnellement, nous l’avons vu en pleine ville, à Vesoul.

castor cigogne martin-pecheur

Au secours des animaux sauvages

Bien entendu, si nous avons choisi de vous présenter ces quelques espèces, ce choix est totalement subjectif et repose sur le caractère remarquable et inattendu de la présence de ces animaux sauvages en Franche-Comté. Toutes les espèces qui forment la biodiversité comtoise sont à protéger. Et on ne saurait le faire sans protéger aussi leur environnement propre.

Nous ne pouvions pas terminer cet article sans un salut admiratif aux associations de défense de l’environnement en Franche-Comté. Parmi elles, le Centre Athénas, dans le Jura, recueille les animaux sauvages blessés et les soigne. Son équipe a besoin de votre soutien : voir le site web.

crédits photos : coq de bruyère (Nudelbraut), cerf élaphe (Dimitri), castor (Klaudiusz Muchowski)