"Si j'aurais su..." Le Tigibus du roman de Pergaud n'a jamais prononcé ces mots. ce qui l'empêche pas, lui et ses camarades, de parler une langue comtoise aussi fleurie qu'imagée.