Les timbres ont longtemps été un enjeu symbolique majeur pour un état. Et à ce jeu-là, la Franche-Comté semble n’avoir eu que peu d’importance au sein des décideurs de la poste française. Restent tout de même quelques pièces philatéliques plutôt jolies…

timbres blason Franche-Comté

Toutes en ont eu un, ou deux, ou trois. Les régions administratives ont fait chacune l’objet d’émission de timbres de la part des autorités postales. La Franche-Comté en compte deux. Plus généralement, les amateurs de philatélie en Franche-Comté se plaignent du peu de cas que la poste fait de leur région. A tort ou à raison ?

Aux grands hommes,…

Parce que, quoi qu’il en soit, si on compte parmi les timbres de la thématique Franche-Comté ceux qui commémorent les illustres personnages natifs de la région, il n’y a vraiment pas à se plaindre. Certes, plus de la moitié d’entre eux concernent Louis Pasteur (natif de Dole et citoyen d’Arbois) et Victor Hugo (natif de Besançon). La poste française leur a même consacré des timbres d’usage courant durant les années 1920 et 1930. Rien d’étonnant, quand on sait que ces deux personnalités sont parmi les trois plus citées pour nommer rues, places, avenues et écoles de France (avec de Gaulle).

timbres Pasteur Hugo

Mais d’autres personnages natifs de Franche-Comté trouvent tout de même grâce aux yeux des services postaux, et ont eu leurs timbres : Jean de Vienne (né à Dole en 1341 et mort à la bataille de Nicopolis), Jean Dagnaux (pionnier de l’aviation, né à Montbéliard), Pierre-Joseph Proudhon (né à Besançon), Hilaire de Chardonnet (inventeur de la soie artificielle, né à Besançon), les frères Lumière (né à Besançon), Gustave Courbet, Marie François Xavier Bichat (médecin, né à Thoirette), Georges Cuvier (né à Montbéliard), Edouard Belin (ingénieur, né à Vesoul), le Général Moncey (né à Besançon), Louis Pergaud (né à Belmont), Jean-Léon Gérôme (artiste né à Vesoul), Henri Mouhot (explorateur, né à Montbéliard) ou encore Claude de Jouffroy d’Abbans

timbres personnalités comtoises

Parmi eux, une seule femme : Simone Michel-Lévy, grande résistante, native de Chaussin, dans le Jura. Mais tout de même, il n’y a rien à redire. Non ?

La Franche-Comté et les timbres

Ce qui chagrine un peu les philatélistes comtois, c’est le peu de timbres qui ont été consacrés à la Franche-Comté elle-même. Son Histoire, son patrimoine, sa nature, sa beauté, sa gastronomie. Et là, il faut le reconnaître, le bât blesse. Le compte n’y est pas, au regard des autres régions de France.

– Patrimoine culturel et naturel

Et ce même si le Lion de Belfort fut parmi les premiers monuments a avoir les honneurs des timbres français (1917). Car pour le reste, la philatélie ne met pas vraiment en valeur le patrimoine franc-comtois. Pas plus le patrimoine historique et cuturel que le patrimoine de la Franche-Comté : l’horlogerie et son école (1962 et 2005), la chapelle de Ronchamp (1964-65), le Château de Joux (1965), le barrage de Vouglans (1969), Arc-et-Senans (1970), l’horloge astronomique de Besançon, l’église d’Audincourt (1981, vitraux de Léger et Barillet), les cascades du Doubs (1973 et 2007), l’épicéa (2009).

timbres patrimoine franche-comté

Et c’est tout jusque dans les années 2010, où ça va un peu mieux (un rattrapage ?) : les Soufflaculs de Saint-Claude, la Villa palladienne de Syam, de nouveau le Lion de Belfort, le cheval de trait comtois, et même la gare TGV de Belfort-Montbéliard !

philatélie patrimoine franche-comté

– Villes de Franche-Comté

Mais rien sur la gastronomie comtoise : ni le comté ni le morbier, ni même la cancoillotte ou les saucisses de Morteau et Montbéliard n’ont eu leur timbre. Ce n’est pas pour faire les jaloux vis-à-vis des Bourguignons, mais tout de même ! D’autant plus que nos villes n’ont guère été honorées non plus : Arbois (1951), Dole (1971 et 2007), Montbenoit et le Saugeais (1987), Montbéliard (1993), Besançon (2001), Pontarlier (2003) et Belfort en 2016.

philatélie villes franc-comtoises

Cent ans de timbres dédiés aux régions de France et la collection de timbres d’un philatéliste thématique sur la Franche-Comté ne remplirait même pas un demi album… On espère au moins que le prochain carnet sur les régions ne nous oubliera pas une nouvelle fois…