Sur les hauteurs de Frotey, non loin de Vesoul, repose un vieux rocher dont l’allure de sabot a suscité une légende. Une histoire de diable et de chevalerie.

le sabot de Frotey CPA

La légende du Sabot

C’était au temps des croisades quand, un soir, un chevalier, tout de noir vêtu, monté sur un cheval tout aussi noir, vint frapper à la porte du château de Montaigu, commandant la vallée du Durgeon. Le Seigneur du lieu était parti en Terre-Sainte, laissant dans la place sa jeune et belle épouse, qui, avec l’assentiment de son chapelain, accorda l’asile au voyageur.

Conteur fabuleux, le chevalier ne lassait pas d’enthousiasmer son assistance durant les veillées. La jeune noble fut même proche de tomber sous son charme. Sentant qu’il pouvait mettre à l’épreuve la vertu de la gente dame, le diable, car c’était de lui qu’il s’agissait, entreprit de séduire la belle.

Ce soir-là, il lui conta fleurette et sentit qu’elle n’était pas loin de succomber à ses galanteries et à ses propos tendres. Quand une trompette retentit au lointain. C’était le Seigneur qui revenait de Croisade. Le Diable, épouvanté, s’enfuit séance tenante.

Sautant par la fenêtre, il perdit dans sa course un sabot qui, par magie, se pétrifia dans l’instant. Ce sabot du Diable est encore visible aujourd’hui et témoigne de la vertu sauvegardée de la belle dame.

Le lieu, à Frotey-lès-Vesoul

Le rocher dit du Sabot se trouve dans la réserve naturelle nationale du même nom. On le voit depuis la route, à Frotey-lès-Vesoul. On peut y accéder en se garant sur un parking.

Moyennant une petite quinzaine de minutes, on accède donc au rocher du Sabot, d’où on peut profiter de la vue sur la vallée du Durgeon. Par ailleurs, la réserve naturelle du Sabot est riche d’une importante biodiversité.