A l’occasion de la nuit des cathédrales, les 13 et 14 mai 2017, retour sur l’histoire tumultueuse de la Cathédrale Saint-Jean, mais aussi sur celle de sa cousine, la Cathédrale Saint-Etienne, détruite pour laisser place à la Citadelle Vauban.

Il fut un temps où Besançon était un lieu important de la Chrétienté. Pensez : un Pape, Calixte II, fut issu de ses rangs (1119-1124), avant que le supposé Saint-Suaire y repose, jusqu’à la Révolution Française. Tellement chrétienne, Besançon que, dès le XIème siècle, la Cité Impériale compte non pas une cathédrale, mais deux : la Cathédrale Saint-Jean, « maison-mère » du Chapitre, et la Cathédrale Saint-Etienne, aujourd’hui détruite.

deux cathédrales besançon Calixte II Cathédrale Saint-Jean Besançon

A l’occasion de la Nuit des Cathédrales, il sera possible aux visiteurs de découvrir les merveilles de St-Jean et même quelques-unes, sauvées de la destruction, de St-Etienne. Le programme de la nuit des cathédrales à Besançon est disponible ici.

Une ville, deux cathédrales

1668. Les armées de Louis XIV s’emparent de Besançon. L’ingénieur du Roi, Vauban, est dépêché pour concevoir les plans d’une forteresse capable de mettre en échec les ennemis de la France. Ces plans prévoient la destruction de la Cathédrale Saint-Etienne, située au sommet de la colline du même nom. Après le départ des Français, les autorités espagnoles reprennent à leur compte le projet. En 1683, l’édifice est achevé, cette fois sous l’autorité française. Besançon a cessé d’être la ville aux deux cathédrales.

– la querelle des chapitres

Car aux XIIème et XIIIème siècles, Besançon compte deux chapitres. L’un siège en la cathédrale de Saint-Jean. L’autre en l’église Saint-Etienne, reconstruite en cathédrale par Hugues de Salins au milieu du XIème. Et bien évidemment, les deux Chapitres se disputent la primauté sur le diocèse. Dans un premier temps, les deux chapitres participent à l’élection de l’archevêque et « se partagent les tâches » en matière de liturgie. Mais Saint-Etienne revendique la préséance, attribuée alors à Saint-Jean. Surtout, Saint-Jean conteste à Saint-Etienne le titre même de cathédrale, puisqu’elle détient le trône d’év^que (cathèdre). Tandis que Saint-Etienne revendique l’ancienneté.

En 1121 et 1122, Calixte II, contredisant son prédécesseur, tranche le conflit en faveur de Saint-Jean. Sans parvenir à désamorcer le conflit qui va aller, en 1238, jusqu’à l’excommunication du Chapitre de Saint-Etienne. Mais les deux Chapitres ennemis fusionneront finalement, de force, en 1254.

– le Saint-Suaire à Saint-Etienne

Pourtant, les Bisontins semblent porter une affection toute particulière à la Cathédrale Saint-Etienne. Et un événement très spécial va les y encourager. En 1523, l’effondrement d’un mur permet de mettre à jour un véritable trésor religieux : le Saint-Suaire. Certains prétendent qu’il était resté caché là après avoir été donné, en 445, par Théodose II à Célidoine, archevêque de Besançon. D’autres considèrent qu’il s’agit en fait du Saint-Suaire de Rurin, dérobé au XIIIème siècle lors du sac de Constantinople, et mis à l’abri à Besançon.

Mais qu’importe. Le Saint-Suaire de Besançon va faire l’objet d’un grand mouvement de dévotion, en ces temps marqués par la Contre-Réforme, puis la guerre et les invasions. Le suaire sera transféré, à la destruction de St-Etienne, en la Cathédrale Saint-Jean, puis confisqué à la Révolution.

La Cathédrale Saint-Jean de Besançon

Ne reste alors plus qu’une cathédrale à Besançon. Construite et reconstruite au fil des siècles, elle se présente aujourd’hui sur un plan roman-rhénan (deux chœurs opposés dans deux absides opposées). Elle renferme ses curiosités artistiques et historiques propres, ainsi que celles transférées depuis Saint-Etienne à la fin du XVIIème siècle.

Fra Bartolomeo Vierge aux Saints rose de Saint-Jean horloge astronomique Besançon

– architecture de la cathédrale

Comme tous les monuments religieux anciens, la cathédrale Saint-Jean présente des éléments de toutes les époques. Parmi les plus remarquables, le plus récent est un clocher comtois aux tuiles vernissées (1734).

– peintures et œuvres d’art

Des œuvres importantes, parmi lesquelles des tableaux du XVIIIème, exécutés par Jean-François de Troy, Charles-Joseph Natoire ou Charles André van Loo sont visibles dans l’édifice. On y trouve aussi des portraits de personnages importants de l’histoire comtoise, dont certains sont rescapés de la destruction de la cathédrale Saint-Etienne.

Mais les pièces les plus notables sont La Vierge aux Saints, de Fra Bartolomeo (1512) et La Rose de Saint-Jean, ancienne table de l’autel de la cathédrale Saint-Etienne.

– l’horloge astronomique

Considérée comme un chef-d’œuvre du genre, l’Horloge de Vérité fut construite en deux ans, puis trois ans d’améliorations, au cours des années 1860. Elle s’inspire largement de la précédente horloge, fabriquée par Constant Flavien Bernardin, un artiste des Vosges saônoises. Très ouvragée, elle est composée de plus de 30 000 pièces mécaniques et présente 122 indications (heure, date, saison, marées, éclipses, signes zodiacaux…) Elle est visible dans une pièce à part, située dans la tour de la cathédrale.

– le trésor

Habituellement non-visible (des visites seront organisées durant la nuit des cathédrales – voir ci-dessous), le trésor de la cathédrale comprend plusieurs pièces importantes dont une Sainte-Famille de Pierre-Paul Rubens (école), différentes œuvres religieuses et des reliquaires.

La Nuit des Cathédrales à Besançon

Durant le week-end des 13 et 14 mai, plusieurs événements prendront place en la Cathédrale de Besançon dont :

– exposition et conférence sur le Saint-Suaire

Par le vicaire général, le père Eric POINSOT, l’archiviste diocésaine, Mme Marylise BARBIER-FORSTER et Mr Manuel TRAMAUX, Bibliothécaire diocésain. Durant le week-end pour l’exposition et le dimanche 14 à 16h pour la conférence.

– concert de l’Orchestre Philharmonique de Besançon

Le samedi 13 à 21h

– visites de la Cathédrale

Le samedi 13 à 16h et 17h. Le dimanche 14 à 14h et 15h.

– visites du trésor

Sur réservation. Le samedi 13 à 16h, 17h, 18h et 19h. Le dimanche 14 à 15h, 16h et 17h.

D’autres activités, dont certaines pour les enfants, sont prévues. Renseignements ici.