Né à Ornans en 1819, Gustave Courbet a laissé dans les musées de Franche-Comté de nombreux tableaux. L’Hallali du Cerf, après avoir été prêté au Musée d’Orsay, revient au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon.

Gustave Courbet n’était pas seulement franc-comtois de naissance. il aimait sa région, qu’il a peinte sous formes de paysages, de scènes rurales. Mais le plus illustre des peintres franc-comtois était, à l’instar d’un Pergaud, un grand amateur de chasse. Avec L’Hallali du Cerf, il met en scène deux habitants de sa région la mise à mort d’un cervidé lors d’une chasse à cour. Cette œuvre de 3 mètres sur 5 est exposée au Musée des Beaux-Arts de Besançon (MBAA).

L’Hallali du Cerf

L’hallali, c’est le moment d’une chasse à cour où la proie, cernée et aux abois, vit sa dernière heure. On crie alors l’hallali, le triomphe des chasseurs. C’est ce moment, tragique s’il en est, que Courbet choisit pour représenter deux de ses amis, Jules Cusenier (le piqueur) d’Ornans, de la famille Cusenier et des spiritueux du même nom, et Félix Gaudy (le cavalier), de Vuillafans, un homme politique de gauche, fondateur de l’Est Républicain.

hallali cerf courbet

Dans cette œuvre, la souffrance (du cerf) le dispute à la férocité (des chiens et des chasseurs). Inspiré par un hiver 1866-1867 particulièrement rigoureux, le tableau laisse nombre de mystères quant aux intentions de l’auteur. Reste une peinture étonnamment claire, d’une dimension hors du commun (même si Courbet s’en était fait une spécialité), à admirer au Musée de Besançon.

L’Hallali de retour en Franche-Comté

Oeuvre aux dimensions monumentales, l’Hallali du Cerf s’expose donc désormais à Besançon. Mais durant la réfection du MBAA, on pouvait l’admirer au Musée d’Orsay à Paris. En 2018, il a donc fallu déplacer « le géant de Courbet ». Cette vidéo (France3 Franche-Comté) retrace cet épisode.

Musée de Besançon

Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon
1 place de la Révolution, 25000 Besançon
03 81 87 80 67 – www.mbaa.besancon.fr