Dans cette étrange région qu’est la Franche-Comté, le poulet d’horloger est, à la base en tout cas, une recette végétarienne. Des pommes de terre (des patates, quoi !) et de la cancoillotte, un plat économique qui faisait les repas d’hiver des pauvres horlogers comtois. Aujourd’hui, les recettes ont un peu évolué.

poulet d'horloger à la saucisse de Morteau

Autrefois, les horlogers étaient des artisans pauvres. Et pour cause, leurs réalisations étaient si solides qu’il ne fallait jamais les réparer, et encore moins les remplacer. Aussi, à défaut de poulet, les repas d’hiver étaient souvent constitués de pommes de terre cuites à l’eau et arrosées de cancoillotte chaude : le fameux poulet d’horloger.

De nos jours, le poulet d’horloger sert plus souvent d’accompagnement. Il en existe aussi des recettes plus riches, comme celle que nous vous proposons, avec de la saucisse de Morteau coupée en rondelles.

La recette d’origine

Nettoyer les patates (sans les éplucher) et les faire cuire dans l’eau bouillante salée. Faire fondre le metton dans un caquelon avec du beurre (ou faire réchauffer de la cancoillotte en pot).

Amener les ingrédients à table. Chacun épluche ses pommes de terre et y verse la quantité de cancoillotte voulue. Voilà, c’est prêt ! C’est ainsi que se mangeait ce plat en Franche-Comté, en particulier dans la région de Pesmes, en Haute-Saône.

Le poulet d’horloger à la Morteau

La recette reste à peu près la même. Sauf qu’on découpe une saucisse de Morteau cuite en rondelles, qu’on fait revenir dans une poêle, avant d’y ajouter les pommes de terre épluchées et découpées elles-aussi en rondelles.

Ne reste plus qu’à verser la cancoillotte chaude dans l’assiette juste avant de déguster. Une salade verte n’est pas de trop en accompagnement.

Variations sur le même thème

Les possibilités sont infinies pour décliner cette recette : champignons, lardons, herbes de Provence, noix, volaille, poisson ou pourquoi pas épices exotiques (curry, piment…). D’autant que les parfums de cancoillotte en pot n’ont jamais été aussi nombreux.

Accompagnez le tout d’un vin blanc de pays comtois (Charcenne, Mothey-Besuche, Bucey-lès-Gy…) et vous obtiendrez un parfait repas comtois pour les longues soirées d’hiver. Une petite racontotte ?